Les Grands Rhinolophes  

 

Etude des terrains de chasse des Grands rhinolophes de Landeleau.

Afin d’assurer la conservation des Grands rhinolophes le long de la Vallée de l’Aulne, le GMB mène un  Contrat-Nature “étude et sauvegarde des populations de Grands rhinolophes du bassin versant de la Rade de Brest”.

 

Dans le numéro de février 2002 du bulletin communal de Landeleau, nous avions présenté la colonie de Grands rhinolophes qui occupe les combles de l’église.

 

Cette espèce de chauve-souris, très rare, est actuellement au bord de l’extinction dans de nombreux pays européens. En effet, elle est particulièrement sensible aux pesticides, à la destruction des milieux naturels où elle chasse les insectes et à la disparition de ses gîtes (fermeture hermétique de cavités souterraines ou de combles de bâtiments). En Bretagne, et plus particulièrement le long du Canal de Nantes à Brest subsiste l’une des plus importantes populations françaises de l’espèce (environ 1500 individus), répartie dans des anciennes ardoisières et dans plusieurs églises. Afin d’assurer la pérennisation de ce fantastique patrimoine naturel, les naturalistes du Groupe Mammalogique Breton, association de protection des mammifères sauvages, basée à Sizun, ont commencé cet été à étudier les terrains de chasse de la colonie de Landeleau.

 

Le but de cette étude est de mieux connaître la biologie de l’espèce (rayon de chasse, hauteur de vol, types d’insectes recherchés, milieux naturels utilisés…) pour pouvoir proposer des mesures de gestion favorables à l’espèce, autour de la colonie de Landeleau, mais au-delà, définir des mesures types applicables autour de l’ensemble des colonies de reproduction connues en Basse-Bretagne.

 

La colonie de Landeleau a été choisie comme site de référence, car elle abrite une importante population (environ 300 femelles) en bonne santé et que le site est protégé par un Arrêté Préfectoral de protection de Biotope depuis le début de l’année 2003.

 

Afin de pouvoir suivre les animaux en chasse, 9 chauves-souris (5 femelles adultes dont 4 gestantes en juin, 2 femelles adultes ayant allaité, une juvénile et un mâle juvénile en août) ont été capturés en sortie de gîte et équipés d’émetteurs  0,8 g qui leur ont été collés sur le dos. Ces émetteurs, d’une durée de vie d’environ 15 jours émettent un signal qui est réceptionné à l’aide d’antennes manuelles ou d’antennes fixées sur le toit de voitures dans un rayon de plusieurs centaines de mètres. Les fréquences des émetteurs sont différentes pour chaque animal, il est donc possible de suivre les animaux de manière distincte.

 

Cet été, si vous avez croisé des personnes postées au bord de la route brandissant des râteaux, pas de doute : vous avez rencontré l’un des vingt bénévoles et salariés du GMB qui se sont lancés à la poursuite des Grands rhinolophes. Ce travail de suivi a été réalisé durant deux fois dix jours en juin et août de la tombée de la nuit au lever du jour.

 

Les premiers résultats obtenus (voir la carte) ont montré que les terrains de chasse sont beaucoup plus étendus que ce qu’annonce la bibliographie. Ainsi nous avons suivi une femelle jusqu’à Port de Carhaix, soit à près de 10 km de l’église. On observe aussi des comportements très variables entre les individus d’âges et de sexes différents. Les jeunes chassent près de l’église (à 1 ou 2 km de distance) principalement dans les boisements le long de l’Aulne avec parfois des déplacements jusqu’à 6 km. Les femelles adultes, plus expérimentées et robustes, vont se procurer de la nourriture plus loin, à 3 ou 4 km en moyenne autour de l’église. Nous avons aussi constaté que durant la nuit les chauves-souris utilisent des bâtiments comme reposoir durant 1 à 2 heures avant de repartir en chasse.  Chaque individu a exploité entre 1 et 6 gîtes différents : garages, maisons abandonnées, penty… Peut-être avez-vous donc des Grands rhinolophes qui fréquentent vos habitations sans le savoir…

 

Parallèlement à ce travail de suivi, du guano (fécès) de chauves-souris a été collecté toutes les semaines dans trois églises finistériennes dont Landeleau, dans le but de mieux connaître le régime alimentaire des colonies et d’apporter des informations complémentaires sur les terrains de chasse utilisés.

 

En mai prochain, se tiendra la dernière session de radio-pistage, Soyez donc prévenus, le retour des noctambules aux  râteaux est annoncé !

 

Nous remercions la commune de Landeleau, ainsi que les habitants, d’avoir compris l’importance capitale que représente sur leur commune ce trésor du patrimoine naturel, et d’avoir réservé aux naturalistes un accueil chaleureux. Nous espérons que l’intérêt et la curiosité suscités auprès des Landeleausiens contribueront à changer le regard négatif trop souvent porté sur les chauves-souris.

 

Nous prévoyons d’organiser une soirée de restitution des résultats de nos travaux à laquelle toutes les personnes intéressées seront les bienvenues.

 

Cette étude est  soutenue par le Conseil Général du Finistère et le Pays du Centre-Ouest-Bretagne. Qu’ils en soient ici remerciés.

 

Le Groupe Mammalogique Breton (GMB) est une association de protection de la nature (loi 1901) créée en 1988, ouverte à tous les naturalistes et scientifiques, qui s’est fixé comme mission “ d’engager toutes actions touchant au recensement, à l’étude, à la gestion et à la protection des mammifères sauvages de Bretagne et de leurs habitats ”.

Au sein de l’association, deux groupes thématiques (Réseau Chauves-souris et Réseau Loutre) développent des actions spécifiques de recensement, d’étude, de protection et de sensibilisation sur ces mammifères rares, menacés et remarquables indicateurs de la qualité de l’environnement.

Le GMB est gestionnaire d’une cinquantaine de sites protégés pour des mammifères d’intérêt communautaire (réserves à chauves-souris, convention Havre de Paix pour la loutre…). Ces sites font l’objet de suivis réguliers et des études spécifiques sur l’écologie des animaux sont menées (régime alimentaire, écotoxicologie...).

Le GMB est  membre de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est affilié à Espaces Naturels de France  (ENF) et participe à de nombreux colloques thématiques.

 

CONTACT : Groupe Mammalogique Breton, Maison de la Rivière – 29450 SIZUN.

Tél : 02 98 68 86 33 – Fax : 02 98 24  14 00 – Mail : gmbreton@aol.com

 

Afin d’assurer la conservation des Grands rhinolophes le long de la Vallée de l’Aulne, le GMB mène un  Contrat-Nature “étude et sauvegarde des populations de Grands rhinolophes du bassin versant de la Rade de Brest”.

 

Ce programme pluriannuel (2001-2004) est cofinancé par la Région, les Conseils Généraux du Finistère et des Côtes d’Armor, et l’Europe. Il comporte les six volets suivants : étude des colonies d’hivernage et de reproduction, mise en sécurité de gîtes d’hivernage, vidéosurveillance, campagne “droit d’asile” pour le Grand rhinolophe,  sensibilisation, synthèses scientifiques et formation.

page mise à jour le
2004-05-06
 Mairie de Landeleau 29530 Landeleau
commune-de-landeleau@wanadoo.fr